Anarchistes Ivry

Groupe libertaire d’Ivry-sur-Seine

Ni patries, ni frontières, ni République !

Classé dans : Luttes & solidarité

03
09 | 10

Hier chassés, fichés, exterminés

Depuis des siècles, les Roms sont réprimés dans toute l'Europe et sous tous les régimes. C'est la République qui en 1889 encourage ses préfets à « refouler purement et simplement » les « bandes nomades », en 1895 fait recenser les « bandes d'errants » venus d'Europe de l'Est, en 1912 les oblige à détenir un carnet anthropométrique, en 1939 les assigne à résidence (y voyant une possible « cinquième colonne ») ; et si c'est le gouvernement de Vichy qui les a fait interner dans des camps, c'est la République qui les y a maintenus, parfois jusqu'en mai 1946.

Aujourd'hui chassés et fichés

Depuis les années 50, les maires et les préfets continuent d'émettre des arrêtés interdisant le stationnement des « gens du voyage », et ils n'ont pas attendu les dernières déclarations pour ordonner les expulsions des « nomades » des territoires qu'ils administrent. Alors que l'État envoie ses « forces de l'ordre » s'occuper des « retours humanitaires et volontaires », des municipalités de gauche paient des vigiles pour surveiller des « villages d'insertion », lieux clos interdits aux visiteurs, où elles parquent les Roms qu'elles n'ont pas chassés. Les « voleurs de poules » sont accusés aujourd'hui « d'exploiter leurs enfants à des fins de mendicité », le gouvernement prévoit au moins deux évacuations par semaine et un nouveau fichier pour condamner ceux qui reviendraient.

Demain libres ?

Ils sont venus ici pour fuir la misère ou la guerre, croyant trouver la liberté, l'égalité et la fraternité promises par la République ; ils n'ont trouvé que l'injustice et le racisme d'un État qui, comme les autres, maintient par les armes des frontières au-delà desquelles il refoule ceux qu'il classe comme indésirables ou « clandestins ». Nous voulons une Terre sans frontières où tous pourront vivre et circuler ; une société sans État où chacun pourra décider de sa vie et de ceux avec qui il souhaite s'associer ; une humanité sans « étrangers ». Aussi nous manifestons notre solidarité avec ceux qui subissent la répression et le racisme et nous revendiquons notre liberté : la liberté de tous.

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, SOLIDARITÉ
ANARCHIE

Mots clés : Rroms, racisme